Vous êtes ici: Accueil / Communauté de communes / CCBS : S’emparer de la question temporelle sur le plan local.
CCBS : S’emparer de la question  temporelle sur le plan local.

CCBS : S’emparer de la question temporelle sur le plan local.

L’aménagement de notre territoire doit aussi être pensé en termes de gestion du temps.

La CCBS (Communauté de Communes de la Boucle de Seine) vient de discuter d’un Schéma de cohérence territorial (Scot)  axé sur l’aménagement spatial du territoire pour les 15 prochaines années. Mais est-ce qu’il ne manque pas un « Schéma directeur temps et territoire »  pour penser son aménagement temporel et des services afférents? Cet intérêt a pour origine les grandes mutations qui sont intervenues en l’espace de quelques décennies en matière de temps sociaux et économiques : les temps d’accès, les horaires des services à la population, les rythmes scolaires, les rythmes de travail, structurent la vie  et nécessitent d’être mieux pensés, organisés et coordonnés. S’emparer de ces questions c’est proposer collectivement un fonctionnement temporel de notre territoire qui soit efficient et qui offre à chacun une bonne articulation de ses temps de vie. D’autres sujets s’invitent et devront être pris en compte : l’allongement de l’espérance de vie, les nombreuses ruptures et nombreux changements intervenant au cours d’une vie (séparations, réorientation professionnelle, périodes de chômage, innovations technologiques, travail des femmes…).

Ces mutations, nos territoires et nos institutions peinent encore à s’y adapter: Quels services, quelles protections sociales développer pour accompagner la population dans ces changements ? Comment permettre à chacun d’avoir une meilleur articulation de ses temps de vie ?

L’activité professionnelle des femmes s’est fortement accrue; cela modifie en profondeur les temps sociaux et génère des demandes en matière de garde d’enfants (crèches, dispositifs péri et extrascolaires…).
Comment intégrer l’augmentation du temps libre  en terme de loisirs sur notre territoire ?
Comment intégrer un fonctionnement du travail  devenu atypique parfois 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, en temps réel , flexible, précarisé  et qui se traduit par des demandes nouvelles en services (crèches, transports, services municipaux ouverts plus longtemps)?

Comment accompagner et assurer le passage d’une société où les rythmes sont encore massifs et standardisés à une «société à mille temps », dans laquelle les femmes et les hommes travaillent,avec des rythmes  diversifiés, intensifiés, le temps libre augmente et où l’économie mondialisée fonctionne en permanence. Ces mutations doivent aussi être prise en compte autant au niveau national qu’au niveau local (amplitude horaire des services à la population, rythmes scolaires et rythme de travail, temps que l’on met pour emmener ses enfants à l’école, se rendre au travail, pratiquer une activité de loisirs, faire ses courses, temps d’accès aux équipements d’intérêt communautaire…). Ces temps d’accès aux services et activités de notre territoire structurent notre vie quotidienne et ne doivent plus être négligés.
Tous ces exemples montrent qu’il est essentiel que l’aménagement de notre territoire soit pensé au regard des temps d’accès qu’il faut continuer à le structurer pour accroître son organisation autour de pôles urbains et maîtrisés et qu’il permette de concilier des usages temporels différenciés.

Serge

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Scroll To Top